Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

Actualités

Accédez aux dernières informations en relation avec le monde de Bébé, en France ou à l'étranger.

Restez informer des dernières informations à travers le monde en relation avec l’univers de Bébé.

 

 

 

Jumeaux, triplés, comment gérer une naissance multiple

Jumeaux, triplés, comment gérer une naissance multiple

Jumeaux, triplés, comment gérer une naissance multiple

La façon d’appréhender une naissance multiple n’est aisée pour personne. La famille est là très souvent mais ils ne sont pas les seuls à pouvoir vous soutenir.

La vie est ainsi faite que le choix du sexe d’un enfant n’est jamais acquis. Garçon, fille, il est alors nécessaire de s’adapter.
Il en va de même avec les naissances multiples. 1 enfant, ça va, 3 enfants bonjour les dégâts. La façon d’appréhender une naissance multiple n’est aisée pour personne. Il est important d’être aidé, supporter pour faire face à un changement de vie important. La famille est là très souvent mais ils ne sont pas les seuls à pouvoir vous soutenir. Assurez-vous de connaitre les mesures et moyens mis en place pour vous accompagner pour gérer des naissances multiples.

Quels sont les aides & avantages prévues en cas de naissance multiple ?

Le congé maternité

La durée du congé maternité est fixée par la loi. Le congé maternité est allongé à 34 semaines pour un congé maternité jumeaux et jusqu’à 46 semaines dans le cas de naissance de triplés ou plus.
La répartition s’effectue comme suit :

      • Pour des jumeaux : le congé prénatal de 12 semaines avant l’accouchement et le congé postnatal de 22 semaines après la naissance
      • Pour des triplés ou plus : 24 semaines avant la naissance et 22 semaines après l’accouchement

Le congé paternité

Le 30 novembre 2020, la durée du congé paternité (congé de naissance + congés de paternité) a été doublé passant de 14 à 28 jours avec un effet à partir du 1er juillet 2021. 7 jours seront obligatoires dès la naissance, le reste pouvant être pris de façon fractionnée sur un délai de 4 mois suivant la naissance.
En cas de naissance multiple, 7 jours supplémentaires sont apportés à ce congé qui est donc porté à 35 jours.
(source : journal des femmes)
Le paiement des congés parentaux est assuré par la CPAM. Votre employeur ne subira pas de couts.

Quelles différences de couts avec une naissance multiple ?

Des statistiques et études ont été dressées pour démontrer les différences de couts entre une naissance simple et une naissance multiple.
Là où une naissance simple pour un premier enfant induit des couts estimés à environ 1375€ pour les 3 premiers mois (comprenant les achats avant naissance + 195€/mois – lait+couches), les couts pour une naissance multiple ne sont pas forcément proportionnels.
Ils sont estimés à 2800€ pour les 3 premiers mois et jusqu’à 4365€ pour des triplés.
Le cout par mois comprenant la nourriture et les couches est estimé à 380 pour des jumeaux et 565 pour des triplés.
Cela n’inclue pas la réorganisation de la maison ou du logement pour accueillir les nouveaux nés.
(Source : Jumeaux et plus)

Les aides en cas de naissance multiple

Pour vous aider à faire face à ces couts qui peuvent devenir importants, la Prestation d’Accueil du Jeune Enfant peut vous aider.
Cette aide financière versée, sous conditions de ressource, par la CAF jusqu’aux 3 ans de l’enfant comprend une prime de naissance, une aide mensuelle.
La prime de naissance n’est versée qu’une seule fois et répétée pour autant d’enfants nés (jumeaux, triplés ou plus).
L’aide mensuelle est ensuite versée chaque mois jusqu’aux 3 ans de l’enfant.
Il est nécessaire de déclarer votre grossesse dans les 14 jours à votre CAF ou votre CPAM.
D’autres aides peuvent vous aider à faire face à l’arrivée des Bébés. Les mutuelles versent en général des aides à la naissance d’un ou plusieurs enfants et peuvent vous faire bénéficier de prime naissance multiple. Il est important de notifier votre service de santé afin de pouvoir bénéficier de leurs aides dès la naissance de vos enfants.

Alors, naissance multiple, calvaire solitaire ou aventure partagée ?

Dès lors que vous avez confirmation, lors de la première échographie, que plusieurs Bébés ont décidé de pointer leur nez au même moment, il est important que vous vous tourniez vers les organismes qui peuvent vous venir en aide pour supporter financièrement, mais pas uniquement, une naissance multiple.
Votre CAF, votre Caisse Primaire d’Assurance Maladie, d’éventuelles associations spécialisées en naissance multiple qui peuvent animer aussi des bourses aux échanges (poussette double ou triple ou autres équipements moins cher) mais aussi coté professionnel, votre mutuelle d’entreprise et éventuellement le CE de votre entreprise.
Sachez aussi qu’en termes de soutien, les associations spécialisées dans les naissances multiples peuvent aussi vous apporter un soutien au quotidien non négligeable et un support psychologique.
Et enfin, si vous habitez une grande ville, n’hésitez pas à informer votre Mairie qui pourra vous indiquer les éventuels services complémentaires qu’elle met à votre disposition pour vous accompagner.

Lait infantile : 5 conseils pour bien nourrir son bébé

Lait infantile : 5 conseils pour bien nourrir son bébé

5 conseils pour bien nourrir bébé avec du lait infantile

Choix du bon lait infantile, préparation du biberon, quantités adéquates, diversification alimentaire… Dès sa naissance, l’alimentation de bébé est au cœur de toutes les interrogations. Découvrez nos 5 conseils pour pouvoir nourrir votre enfant dans les règles de l’art !

1 : Choisir un lait infantile adapté

Au moment du sevrage, tous les parents souhaitent choisir un lait infantile capable de répondre à tous les besoins nutritionnels de leur enfant et ainsi lui permettre de bien grandir. Aujourd’hui, les laits infantiles biologiques peuvent à la fois satisfaire les exigences des parents sur le plan nutritionnel, tout en garantissant des produits sains et des pratiques environnementales respectant la biodiversité et le bien-être animal. De plus, les laits biologiques commercialisés en France sont soumis à une réglementation européenne particulièrement stricte qui garantit une qualité optimale pour votre bébé.

2 : Doser la juste quantité de lait infantile

Quand on commence à donner le biberon à bébé, on a toujours peur de ne pas lui donner assez de lait, ou de lui en donner trop pour son petit estomac. Il suffit pourtant de varier les quantités en fonction de son âge :

Avant 6 mois : votre pédiatre vous conseillera en fonction du poids de votre bébé ;
Entre 6 et 12 mois : environ 3 biberons de 210 ml chaque jour, en complément d’une alimentation diversifiée et équilibrée ;
De 12 mois à 3 ans environ : 500 ml par jour de lait infantile en complément de son alimentation.

Chaque enfant étant unique, il est conseillé de suivre ces recommandations tout en les adaptant en fonction des besoins de votre bébé : très vite, il saura déjà gérer sa faim, et donc vous fera vite comprendre quand il a encore envie de boire – ou, au contraire, lorsqu’il sera rassasié.

3 : Bien préparer le biberon

Lavez-vous bien les mains.
Versez la quantité d’eau nécessaire dans le biberon, puis la poudre de lait infantile à l’aide de la dosette en veillant à respecter le bon dosage (indiqué sur la boîte).
Vous pouvez chauffer l’eau avant de la verser dans le biberon (avec une bouilloire ou un chauffe-biberon) ou bien réchauffer le biberon au bain-marie après avoir effectué le mélange (le micro-ondes est fortement déconseillé).
Mélangez jusqu’à la dissolution complète de la poudre.
Vérifiez la température en déposant quelques gouttes de lait sur votre poignet.

Et le tour est joué, le biberon est prêt !

4 : Donner correctement le biberon à bébé

La position semi-assise est la plus adaptée pour nourrir bébé au biberon. Installez-vous confortablement dans votre canapé, ou contre le dossier du lit ou du fauteuil. Posez délicatement votre bout de chou sur vos genoux, placez sa nuque contre le creux de votre coude (quand il est encore nourrisson). Pour plus de confort, vous pouvez également faire reposer votre bras sur un coussin ou un accoudoir. Donnez alors le biberon à bébé en le maintenant en position inclinée.

5 : Diversifier son alimentation

Entre ses 4 et 6 mois, bébé peut commencer à manger certains aliments : c’est la fameuse période de la diversification alimentaire ! Bien sûr, l’intégration des aliments dans ses repas se fait de manière progressive, en complément du lait infantile pour, peu à peu, finir par le remplacer. Commencez par les légumes, puis proposez-lui des fruits (sous forme de compote) environ deux semaines plus tard. Viendront ensuite les œufs, le poisson, la viande, les féculents et les laitages. Jusqu’au moment où bébé sera assez grand pour manger tout seul de vrais repas !

La naissance, partagez votre bonheur

La naissance, partagez votre bonheur

La naissance, partagez votre bonheur

Ce moment tant attendu depuis de nombreux mois, vu comme une délivrance, est le début d’une histoire dans lequel vous êtes les acteurs principaux.

Nul n’est prêt à être parent. Cela est inscrit dans nos gènes comme tous les êtres vivants qui nous entourent mais notre condition d’être humain apporte un lot d’obligations liées à notre statut.
Nous ne sommes ni supérieurs, ni inférieurs, juste différents. Nous avons évolué et façonné le monde qui nous entoure afin qu’ils répondent à nos exigences d’évolution. Et lors de la naissance d’un enfant, nous devons nous conforter à ses exigences. Le « métier » de parent est différent pour chacun d’entre nous. Le seul maitre mot qui reste le même pour chaque parent est Amour.

La naissance est et restera toujours un acte qui revêt son lot de magie et devra à jamais le rester sous peine de voir disparaitre cette notion de parent. Nous ne choisissons pas le sexe de notre enfant, sa naissance ou sa conception ne peut être programmée avec exactitude et tout cela participe à la magie de la naissance.

La naissance

Ce moment tant attendu depuis de nombreux mois, vu comme une délivrance, est le début d’une histoire dans lequel vous êtes les acteurs principaux.
Le meilleur des moments reste celui où vous allez donner la vie à ce petit être que vous avez moultes fois ressenti au sein même de votre corps. Il arrive et ce moment doit être partagé. La première personne avec laquelle vous allez partager ce moment est celui qui vous supporte depuis des mois et vous aime depuis plus longtemps encore. Il va devenir Papa. Sa participation est essentielle pour assurer le meilleur démarrage de cette nouvelle histoire à trois.
Mais cette joie est communicative et doit être communiquée à toutes les personnes qui comptent pour vous.

Comment faire partager sa joie ?

Un enfant se conçoit, il ne se fabrique pas. L’amour en est l’origine et la révélation. Cet acte ressort le meilleur de nous, il est réfléchi, ordonné, prévu et nous donne cette faculté de nous projeter dans l’avenir, de donner un sens à notre existence et de participer au devenir de notre espèce.

La naissance est tellement emplie de joie et de bonheur qu’elle nous donne envie de crier sur tous les toits notre bonheur d’avoir conçu un être auquel nous allons donner tout l’amour que nous avons pu recevoir et plus encore. Et pour le clamer haut et fort rien de tel que de communiquer officiellement auprès de ses proches cette réussite à deux. L’outil le plus adapté reste alors le faire-part de naissance. Un joli présent pour annoncer à tous le bonheur qui nous envahi. Il permet aussi d’asseoir dans l’histoire de votre famille la naissance de votre enfant avec un moyen qui rejoindra les albums photo et marquera une étape importante.

Qu’implique la naissance d’un enfant ?

Au-delà de la naissance, le fait d’avoir un enfant nous entraîne dans une nouvelle spirale de vie. De nouveaux repères, des changements en perspective qui seront renouvelés à chaque étape de sa vie.
Les premiers anniversaires, l’école et l’éducation, la projection de son avenir, les armes que nous allons devoir lui donner pour affronter ce monde difficile à plus d’un titre.
Tout cela nous incombe. Nous devons alors nous impliquer et nous appliquer à faire ce qu’il y aura de mieux pour lui. Prendre les meilleurs repères de notre existence et les traduire pour qu’il s’en imprègne.
Pour démarrer, il faudra lui donner une existence dans notre vie sociale et cela débute dès sa naissance par une déclaration de naissance qui permettra son intégration dans notre monde au milieu de tous.

Quel rôle implique-t-elle pour les parents et ceux qui les entourent ?

Ce rôle nous le partageons à deux. Maman et Papa. Chacun avec ses valeurs au travers d’une unique valeur réunissant les 3 êtres au sein d’un même foyer. Chaque parent assumant et assurant son rôle au quotidien pour le bien-être de cet enfant et s’investissant pour lui permettre de se développer dans les meilleures conditions possibles. Et ce, malgré les diverses tensions induites par le monde qui nous entoure.

Un enfant n’est pas une contrainte. C’est une volonté de chacun des parents d’acter un amour indicible pour donner la vie à un être qui est la preuve physique, réelle de cet amour.
Mais les parents ne sont les seuls à devoir participer à ce bonheur. Les grands-parents ont un rôle important à jouer ainsi que les autres membres des familles respectives. Tous avec un seul et unique but, le bonheur de cet enfant.

 

Connaissez-vous le Cododo ?

Connaissez-vous le Cododo ?

Connaissez-vous le Cododo ?

Le cododo est une « tradition » qui existe depuis toujours et était surtout liée au fait que les maisons ne comportaient pas forcément beaucoup de pièces. Mais des risques importants subsistaient pour la santé de Bébé.

Le cododo est une pratique qui vise à garder le contact, même la nuit, avec Bébé.
Initialement, Maman prenait Bébé avec elle dans son lit pour des raisons de praticité : donnez le sein, le biberon et l’aider à s’endormir. Les aspects de conservation et transmission de chaleur étaient aussi un point important.
Le cododo est une « tradition » qui existe depuis toujours et était surtout liée au fait que les maisons ne comportaient pas forcément beaucoup de pièces. La chambre des parents était partagée avec les parents.
Mais des risques importants subsistaient pour la santé de Bébé.

Quels sont les risques du cododo traditionnel ?

Gardez Bébé près de soi apporte de la sérénité, on l’entend respirer, on le sent bouger. Mais lorsque Bébé est dans le lit de Maman et Papa, le risque principal reste l’étouffement. En effet, durant la nuit, Si Maman a un sommeil profond, elle peut être amené à bouger et potentiellement exercer une pression contre Bébé voir l’étouffer durant la nuit.
Les statistiques de MSN (Mort Subite du Nourrisson) ont d’ailleurs fortement réduit depuis les 50 dernières années dû en particulier à l’arrêt de cette activité.

L’autre risque possible est la chute de Bébé du lit parental avec les conséquences que cela engendre.
Afin d’éviter ce risque, des industriels se sont penchés sur le sujet pour trouver une solution qui puisse satisfaire le besoin de Maman de sentir son enfant proche d’elle et la suppression des risques liés, entre autres choses, à l’étouffement.

En quoi consiste le cododo ?

cododoLe cododo tel qu’exprimé aujourd’hui désigne le sommeil partagé et la possibilité de conserver Bébé près de soi la nuit tout en le laissant dans son lit. En effet, les lits ont été adapté pour qu’ils puissent être mis proche du lit de ses parents en donnant un accès simple pour le toucher, sentir sa respiration et agir si les nuits de Bébé sont perturbées et ainsi retrouver un contact naturel.

Plusieurs possibilités s’offrent alors, du berceau adapté au lit convertible. On parle alors de lit cododo.
Le lit de Bébé comporte une partie latérale qui se démonte ou s’escamote facilement pour permettre d’avoir une zone étendue entre le lit des parents et le lit de Bébé. La Maman peut alors facilement mettre sa main sur le dos de Bébé ou sur son ventre pour le calmer si son sommeil est agité. Elle peut aussi aisément communiquer avec son enfant ès son réveil.

Quels sont les bienfaits du cododo ?

Les bienfaits sont multiples. La présence de Bébé rassure les parents qui, pour certains, n’hésitent pas durant les premiers jours, voir les premières semaines, à se lever la nuit pour vérifier que Bébé va bien, qu’il respire… De plus, lorsque Bébé se réveille, Maman ou Papa sont obligés de se lever pour savoir si Bébé va bien et s’il a faim ou bien s’il faut le changer😉.

Avec le cododo, Maman est en contact direct, peut agir sans délai et savoir rapidement quels gestes elle va devoir adapter à la détresse de son enfant.
Le lien ne se coupe plus dans les premières semaines, là où il est important que Bébé se sente entouré, en sécurité. Cette proximité ne favorisera aucunement les « caprices » de votre enfant car avant 1 an, les caprices sont quasi inexistants. Bébé ne fait que gérer son bien-être ou les besoins de son corps. Les caprices, ou reconnu comme tel par les parents n’apparaitront qu’après la prise de conscience lors de la crise du huitième mois. Mais là encore, la notion de caprices reste à prendre avec des pincettes.

Avec un lit cododo, si Bébé pleure, chouine, s’agite beaucoup, vous pouvez rapidement lui apporter le réconfort qui facilitera son endormissement

Source : https://bebe.cool/lit-cododo/

Pourquoi opter pour des couches lavables ?

Pourquoi opter pour des couches lavables ?

Pourquoi opter pour des couches lavables ?

Les conclusions révèlent que l’utilisation de couches lavables est bénéfique pour la santé de Bébé et réduit l’impact environnemental. Que du bonheur pour Bébé, maintenant et pour sa vie future.

Les petites fesses fragiles de nos Bébés est un point d’intérêt permanent et leur propreté un objectif indispensable. Le nombre de couches à acheter, changer, jeter, implique un cout financière important et une empreinte énergétique lors de la fabrication et du retraitement des couches classiques.

Touts ces points nous incombent et notre façon de penser confort, santé, bien-être pour nos enfants revêt aujourd’hui un aspect particulier. Beaucoup de parents s’orientent non plus vers du jetable mais sur l’utilisation de couches lavables pour diminuer les couts et réduire l’empreinte énergétique.
Nous agissons pour nous mais aussi pour l’avenir de nos enfants.

Couches lavables et environnement

En France, selon une étude de l’ADEME de 2012, un enfant « consomme » 3800 couches avant d’accéder à la propreté et le moment où l’on va proposer le pot à Bébé pour l’aider dans cette transition. Les couches jetables comportent une partie en plastique et ne peut pas être considéré comme biodégradable.
Même si les études impacts n’entrainent pas une différence importante entre les deux formats (lavables et jetables), il s’avère que dans le temps, l’utilisation des couches lavables apportent une réduction de 10% de l’impact environnemental.
Depuis 2012, les études se succèdent et démontrent que l’utilisation des couches lavables a un impact bien plus important sur d’autres points :

  • Santé : Les couches jetables utilisent des substances (polyacrylate de sodium par exemple) qui peuvent rapidement entrainer des irritations sur la peau de Bébé
  • Economique : les couches lavables nécessitent simplement un lavage à 60° pour être réutiliser sans cout supplémentaire (économie d’environ 1500€ selon la marque utilisée)
  • Environnemental : Sur la durée d’utilisation pour un enfant, la consommation de matières non renouvelables et polluantes représente environ 4,5 arbres, 25Kg de plastique et au final environ 67Kg de pétrole à l’état brut.

Les conclusions révèlent que l’utilisation de couches lavables est bénéfique pour la santé de Bébé et réduit l’impact environnemental. Que du bonheur pour Bébé, autant maintenant et pour sa vie future.

Quelles couches lavables choisir ?

Comme toujours, le choix est possible et il s’agit là aussi de privilégier le confort et la santé de Bébé. Mais la question est comment choisir les bonnes couches lavables ?.
Pour faire le bon choix, vous devez déterminer ce qui importe pour vous :

  • Facilité d’utilisation, fermeture Velcro ou pressions
  • Confort : quelle matière privilégiez-vous, coton, bambou,…
  • Facilité de lavage : séchage au sèche-linge ou pas, facilité de séparation des éléments lavables, etc.
  • Praticité : Couches multi-taille, possibilité de mettre des inserts jetables…

Pas simple ! Et pourtant, il suffit de se poser les bonnes questions pour trouver le bon produit adapté à vos besoins et votre mode de vie.

Couches lavables et esthétique

Couches lavablesUn autre point intéressant dans l’utilisation des couches lavables est le fait que la partie extérieure de la couche, pour certains modèles, peut devenir un argument esthétique (seul l’intérieur est systématiquement lavable et l’extérieur peut être conservé sur la journée).
Dès lors qu’il fait chaud, au-delà de 25°, nous essayons tous de donner à Bébé le plus de liberté et confort possible en évitant de le surcharger de vêtements.
Dès lors, les couches jetables sont souvent uniformes, de couleur neutre et n’apportent que peu d’esthétisme.
Au contraire, les couches lavables sont vues comme un sous-vêtement bien plus seyant laissant libre cours à l’esthétisme voulu tout en garantissant un maximum de mouvements à Bébé. Les couleurs, motifs sont étudiés pour ressembler à un vêtement ordinaire bien loin du blanc quasi systématique des couches jetables.

En vérité, tout dépend de la façon dont vous gérez votre quotidien. D’un coté du jetable avec toutes les contraintes environnementales que l’on connait, de l’autre une utilisation plus débridée laissez aussi le choix de l’apparence de Bébé dans des tenues légères qui sied à un contexte estival en attendant le moment où la propreté pointera le bout de son nez et qu’il sera temps de mettre Bébé sur le pot.

Les besoins alimentaire chez la femme enceinte

Les besoins alimentaire chez la femme enceinte

Les besoins alimentaires chez la femme enceinte

Comment être sûre d’avoir comblé tous ses besoins en éléments nutritifs pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, le bon développement du fœtus dépend pratiquement de l’alimentation de la mère. Voilà pourquoi, les femmes enceintes doivent bien choisir les aliments qui composent leur menu. Une carence nutritionnelle pourrait nuire à leur santé et celle du bébé. La prise de certains compléments alimentaires est parfois nécessaire.

L’importance de bien manger pendant la grossesse

Le poids d’une future maman doit augmenter d’environ 1,5 kg par mois à compter du quatrième mois. Lorsque la prise de poids est insuffisante, la santé de la mère et du bébé est en danger. Voilà pourquoi, la femme enceinte doit bien manger. De plus, il faut souligner que les besoins nutritionnels d’une femme augmentent durant la grossesse.

En cas de carence, des complications incluant des fausses couches ou de la naissance prématurée sont à craindre. Attention ! Le but n’est pas de consommer une tonne d’aliments du matin au soir. En réalité, bien manger, c’est manger équilibré. Le menu quotidien doit être composé d’aliments variés. C’est la qualité qui compte, mais pas la quantité.

Cela dit, il faut prendre une bonne portion de chaque aliment indispensable afin de couvrir ses besoins nutritionnels durant la grossesse. La prise de certains superaliments comme la spiruline et la gelée royale est aussi une bonne idée. Ce sont de véritables sources de nutriments et ils conviennent aux femmes enceintes ou qui allaitent.

Les besoins nutritionnels chez la femme enceinte

Comment être sûre d’avoir comblé tous ses besoins en éléments nutritifs pendant la grossesse ? En général, une femme enceinte doit demander des conseils alimentaires à son médecin. Voici quelques indices sur les apports nutritionnels recommandés afin que vous puissiez mener à bien votre grossesse.

Les apports caloriques requis

Évidemment, une femme enceinte a besoin de eaucoup plus d’énergie qu’une femme normale. Raison pour laquelle, elle a besoin d’un apport calorique beaucoup plus important qu’une femme normale. Combien de calories par jour une future maman a-t-elle besoin ? En réalité, tout dépend de sa corpulence avant de tomber enceinte.

Le mode de vie de la future maman est aussi un facteur à prendre en compte. Il est évident qu’une femme active a besoin de plus de calories qu’une femme ayant une vie sédentaire. Mais en général, il faut 150 kcal de plus par jour au cours du premier trimestre et 350 kcal de plus durant es deuxième et troisième trimestres.

Quels sont les aliments riches en calories ? Évidemment, les aliments sucrés et gras sont les plus caloriques. Mais ils ne sont pas bons pour la santé. Pour obtenir les apports caloriques requis sans s’exposer à diverses maladies, il vaut mieux privilégier les aliments sains. C’est le cas de l’huile d’olive, de la banane, des fruits secs et de l’avocat.

Les apports en glucides recommandés

Certaines femmes enceintes ont tendance à éviter les aliments riches en glucides par peur de développer un diabète gestationnel ou une prise de poids trop importante. Pourtant, elles ont besoin d’une bonne dose de glucose afin d’assurer le développement des tissus fœtaux. Cla leur permet aussi d’éviter l’hypoglycémie.

Cependant, il faut privilégier les sucres lents. Ils sont beaucoup bénéfiques pour la santé et ce sont d’excellentes sources d’énergie. L’idéal, c’est de prendre un petit déjeuner glucidique, comportant 40 à 50 g de glucides. Pour ce faire, il suffit d’ajouter 80 g de pain complet ou 6 biscottes au menu.

Les apports en protéines nécessaires

Une femme enceinte a besoin de 70 g de protéines par jour. Normalement, si elle mange de façon équilibrée, cet apport protidique requis sera comblé. Pour les végétaliennes et les futures mamans qui évoluent dans un milieu défavorisé, une carence en protéines est à craindre.

L’idéal, c’est de combiner les protéines animales et végétales (oeufs, blanc de poulet ou fromage avec des oléagineux ou des céréales). Ainsi, il ne faut pas se contenter de manger des viandes, des poissons et des produits laitiers. Vous devez aussi consommer des noix, des lentilles, des quinoas ou encore des pois chiches.

Les apports en calcium indispensables

Le calcium a un rôle important dans la construction du squelette de bébé. Voilà pourquoi, une femme enceinte doit en consommer davantage. Mais ce qui est encore plus important,  c’est qu’un apport suffisant en calcium met la future maman à l’abri d’une grossesse difficile. En effet, cela  réduit le risque d’hypertension artérielle et de crises d’éclampsie.

En général, une femme enceinte a besoin de 1200 mg de calcium de plus par jour. Pour couvrir ses besoins en calcium, elle doit manger trois laitages par jour. Elle a le choix entre le lait (de vache, de brebis ou de chèvre), le fromage, les yaourts ou encore le fromage (pasteurisé). Elle peut aussi boire des eaux minérales dotées d’une forte teneur en calcium.

Les apports lipidiques prescrits

Sources d’énergie, les lipides sont aussi indispensables au développement du cerveau du bébé. Il ne s’agit pas de mauvaises graisses, mais d’acides gras essentiels comme les oméga 3. Ils sont présents en grande quantité dans les les poissons gras (harengs, sardines, maquereaux, saumon, etc), les fruits de mer et les oléagineux (noix, amandes, noisettes, etc).

Les apports en vitamines et macronutriments

Pendant la grossesse, les besoins en vitamines d’une femme sont également en accru. En effet, elle a besoin de plus de vitamines A, C et D. En outre, il lui faut un excellent apport en acide folique ou vitamine B9 afin de prévenir les risques de fausse couche, de prématurité ou de retard de croissance fœtale. Il faudra donc favoriser en plus grande quantités que d’habitude la consommation de fruits et légumes (bio).

Un bon apport en magnésium, iode et zinc est aussi requis. Voilà pourquoi, il faut inclure dans les menus les aliments pouvant fournir tous ces éléments nutritionnels. Les conseils d’un diététicien sont parfois requis.

 

Les apports en fer

Une femme enceinte a besoin de 30 à 50 mg de fer de plus par jour surtout durant les 6 derniers mois de sa grossesse. C’est un moyen de prévenir l’anémie ferriprive. Ce trouble peut en effet provoquer de l’hypotrophie fœtale ou une naissance précoce. Les besoins en fer sont beaucoup plus importants en cas de grossesse rapprochée ou multiple et chez les femmes végétariennes. Les aliments riches en fer sont nombreux pour ne citer que les viandes et le cresson.

 

Faut-il prendre des compléments alimentaires ?

Tous les éléments nutritionnels mentionnés précédemment sont généralement présents dans les aliments naturels consommés au quotidien. Ainsi, il suffit d’adopter un régime équilibré et varié pour faire le plein de vitamines, minéraux et nutriments. Cela dit, la carence peut être importante chez certaines femmes.

Par ailleurs, il est parfois difficile de combler ses besoins en éléments nutritionnels. À titre d’exemple, une femme enceinte peut trouver les vitamines et les minéraux dont elle a besoin dans les légumes verts comme l’épinard. En outre, elle peut puiser dans les œufs et les fromages ses besoins en protéines journaliers.

Cependant, la plupart d’entre elles ne sont pas en mesure de consommer tous ces aliments au quotidien. Soit elles n’ont pas le temps de préparer un repas convenable, soit elles ne disposent pas du budget requis. Voilà pourquoi, les professionnels de la santé recommandent la prise de compléments alimentaires.

Évidemment, l’automédication est déconseillée. Il faut toujours consulter l’avis d’un médecin. Il est important de souligner que les compléments alimentaires doivent faire l’approbation de votre médecin de famille, et ce, même s’ils sont naturels.

 

Les compléments alimentaires recommandés

La prise de compléments alimentaires chez la future maman , que ce soit pour sa santé et son bien être mais aussi pour celui du bébé est particulièrement recommandée en plus d’une alimentation variée et équilibrée. La femme enceinte peut tout à fait consommer des compléments alimentaires mais attention, si certains sont recommandés, d’autres doivent au contraire être évités. Nous allons ici découvrir quels sont ceux qui sont le plus recommandés.

 

Les compléments à base d’acide folique,

Présente dans les légumes verts, les fruits à coque, les légumes secs et les fromages, l’acide folique est indispensable pendant la grossesse. La carence en cet élément est parfois importante chez les femmes enceintes. Dans ce cas, il faut prendre un complément alimentaire à base de vitamine B9. Notons que les produits 100% biologiques et 100 % végan sont à privilégier. Sans produits chimiques, ils sont conçus avec des extraits de plante comme l’écorce de citron. Ils ne présentent donc aucun danger pour la santé de la mère ou du bébé.

 

Les compléments riches en vitamine D

Avec un excellent apport en vitamine D, une femme enceinte réduit le risque de diabète gestationnel. Il n’est pas évident de puiser tous ses besoins en cet élément dans les aliments. Prendre un complément naturel riche en vitamine D est la solution idéale. De plus, cela peut optimiser le système immunitaire de la mère. Notons toutefois qu’il est interdit de prendre en même temps des compléments de vitamine D et de Calcium.

 

Les suppléments en oméga-3

Les acides gras essentiels ont des rôles cruciaux dans le bon déroulement de la grossesse. Ils assurent aussi le développement neurologique du bébé. Raison pour laquelle, une complémentation en oméga-3 est fortement requise chez la femme enceinte. Le produit se retrouve généralement sous la forme de capsules et fabriqué avec de l’huile de poisson ou bien encore des huile végétales très prisées des personnes vegan comme par exemple l’huile de cameline.

 

Les ingrédients à éviter

Les compléments alimentaires à prendre pendant la grossesse sont à choisir avec soin. Ainsi, au moment de l’achat, il faut bien vérifier les ingrédients. Certains produits sont néfastes à la santé. Il faut citer entre autres la caféine que l’on retrouve dans la plupart des bruleurs de graisse, à éviter absolument durant cette période de grossesse. Elle a qui plus est tendance à augmenter l’élimination du magnésium et du calcium dans le corps, augmente le risque de fausses couches et pourrait nuire aussi à la croissance du bébé.

Les compléments alimentaires produits avec du soja sont aussi à éviter. Ils comportent des phyto-estrogènes qui sont similaires aux hormones féminines. Pendant la grossesse, prendre des compléments riches en papaïne est également une mauvaise idée. Cette enzyme, extraite de la papaye, peut provoquer la contraction de l’utérus. À en tenir compte, elle favorise le risque de fausses couches.

Enfin, il faut aussi faire attention aux compléments à base d’algues comme la spiruline ou la chlorelle. Certains peuvent comporter des métaux lourds comme du mercure et du plomb. Or, ces derniers sont toxiques et pourraient nuire au fœtus. Optez donc pour une spiruline fabriquée en France et certifiée biologique qui reste intéressante pour ses apports en fer.

 

Quelques précautions à prendre

Même si la prise de compléments alimentaires peut être bénéfique pour les femmes enceintes, sachez qu’ils sont à consommer avec modération. Ainsi, il est recommandé de respecter le dosage au risque de provoquer d’autres problèmes de santé. Raison pour laquelle, vous devez vous rappeler que la prise de compléments alimentaires ne devrait pas se faire sans voie médicale et donc sans l’avis de votre médecin.

Choisir la chambre de son enfant

Choisir la chambre de son enfant

Choisir la chambre de son enfant

Cette chambre ne va pas simplement servir à faire dormir votre enfant, elle va aussi devenir votre univers pour passer du temps avec lui

Choisir la chambre de son enfant n’est pas forcément tâche facile. Si c’est le premier enfant, le sexe de l’enfant est fortement attendu pour pouvoir choisir en fonction.
Et là il y a plusieurs critères qui rentrent en compte. La taille de la chambre, la morphologie de la pièce (sous-comble, étroite, carrée…) et les besoins qui vont être liés à l’utilisation de cette pièce.

Faire dormir Bébé

Lit évolutif BébéÉvidemment, la première préoccupation est d’utiliser cette pièce pour faire dormir votre enfant. C’est normal. Il existe alors pleins d’endroits pour trouver des idées pour faire une belle chambre bébé. Choisir un lit adapté, à son âge, avec barreaux pour les nourrissons et jeunes enfants et, potentiellement pour vous aider, la possibilité de le faire monter et descendre afin de faciliter la « manutention » lorsque vous prenez Bébé ou lorsque vous le déposez dans son lit ou encore utiliser le lit sans les barreaux dès que Bébé grandit.

Une chambre pratique

Cette chambre ne va pas simplement servir à faire dormir votre enfant, elle va aussi devenir votre univers pour passer du temps avec lui : habillage, lecture, jeu au sol, etc… Il va donc falloir choisir un ameublement pratique pour vous aider dans les tâches quotidiennes avec Bébé.
Une table à langer par exemple, certaines existent même avec une petite baignoire intégrée, de quoi faire la toilette de Bébé simplement et facilement. Un petit tuyau d’évacuation sert à vider la baignoire. En règle générale, le plateau de la table à langer recouvre cette petite baignoire.
Mais il faut penser aussi à tous ls rangements : la penderie et la petite armoire pour ranger les affaires de Bébé, tous les produits qui peuvent vous servir lors des changements de couches de Bébé. Prévoyez une distance minimum pour les changes et les produits nécessaires aux changes pour ne surtout pas laisser Bébé seul sur la table à langer. Les risques de chute sont malheureusement importants et des enfants arrivent aux urgences de façon bien trop régulière à cause de chute de la table à langer ou du lit des parents.

Design, couleur, déco

Je ne saurais que trop vous indiquer d’éviter les couleurs trop criardes. Des couleurs certes mais trop de couleurs tue la déco 😉 !
Privilégiez aussi de l’espace dans la chambre de Bébé pour mettre un tapis au sol et le mettre régulièrement avec quelques jouets pour qu’il fasse ses propres découvertes.
Un fauteuil pour vous. Très bien lorsque l’on a besoin de se poser un peu et que Bébé dort dans son lit. Sa respiration va vous détendre et vous rassurer. Utile aussi pour raconter une petite histoire et mettre en place un rituel du coucher. Et puis, rien de tel qu’un petit biberon ou le sein dans cette espace empli de douceur et de calme.
Ne mettez pas de veilleuse la nuit. Cela ne sert à rien voir à générer des situations liées à des ombres malvenus pouvant faire peur à Bébé. De plus, la nuit, c’est la nuit, il fait noir… c’est ainsi. De mauvaises habitudes peuvent être amenées par de mauvais réflexes induit dès le plus jeune âge.

Un univers pour vous et pour lui

Cette chambre doit vous ressembler. Bébé prendra ces repères au début avec vos habitudes, vos choix et votre gout. Bébé grandira vite et réclamera surement un univers plus proche de lui dans le temps. Il sera alors temps de changer et de définir son unviers.

Aromathérapie et l’enfance – Règles d’utilisation

Aromathérapie et l’enfance – Règles d’utilisation

Aromathérapie et l’enfance – Règles d’utilisation

L’aromathérapie consiste à utiliser des huiles essentielles afin de pratiquer des soins en diffusant des odeurs agréables. Beaucoup de personnes ont utilisé les huiles essentielles dans des utilisations quotidiennes jusqu’à en faire un effet de mode.

L’aromathérapie consiste à utiliser des huiles essentielles afin de pratiquer des soins en diffusant des odeurs agréables. Ce terme a été utilisé pour la première fois en 1935 par un chimiste du nom de René-Maurice GATTEFOSSE. Dès lors, beaucoup de personnes ont utilisé les huiles essentielles dans des utilisations quotidiennes jusqu’à en faire un effet de mode.

D’où proviennent les huiles essentielles ?

Avant même de savoir en quoi consiste l’Aromathérapie ou comment utiliser les huiles essentielles, penchons-nous sur la fabrication complexe pouvant impliquer un procédé chimique : pression mécanique à froid, extraction avec des solvants chimiques, extraction par de l’alcool, distillation par entrainement à la vapeur d’eau.

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

Une huile essentielle est une essence extraite de plantes aromatiques. C’est un concentré de plantes, d’épices ou encore de

oléorésines. Qui dit concentré, dit souvent utilisation avec précaution. Bien que l’appellation huile soit donnée, une huile essentielle ne contient aucun corps gras.

Le résultat obtenu suite aux différents traitements appliqués à la plante sont appelés des huiles essentielles, des absolus ou encore des eaux florales. L’huile étant le concentré le plus puissant et l’eau florale le plus dilué.

A quoi sert une huile essentielle ?

Par la diffusion d’odeurs et d’effluves contenant des principes actifs présentes dans les plantes, les huiles peuvent avoir une influence en fonction des propriétés des plantes dont elles sont extraites.
Elles peuvent avoir des propriétés et des vertus relaxantes, antivirales, stimulantes, antiseptiques, digestives, etc…

Comment utiliser une huile essentielle ?

Les huiles essentielles peuvent être utilisées de diverses façons :

  • Avec un diffuseur (veillez à ce que la pièce soit régulièrement aérée pour éviter un phénomène de saturation).
  • Par voie orale : Il s’agit là de le faire uniquement dans le cadre d’un traitement ordonné et géré par un professionnel de santé.
  • Par massage : Lors de massages à Bébé, il est possible d’utiliser des huiles essentielles qui seront diluées avec un corps gras. Leurs propriétés peuvent apporter à Bébé des effets relaxants et réduire les tensions. C’est aussi un moment de partage entre Maman et Bébé, une complicité agréable avec un but thérapeutique. Veillez à avoir une température suffisante et évitez les courants d’air dans la pièce où vous prodiguerez ce massage.
    Il est tout de même fortement recommandé de s’adresser à un médecin ou un pharmacien pour obtenir les informations suffisantes avant de pratiquer un tel massage à votre enfant avec des huiles essentielles.
    Cela étant, vous pouvez utiliser sans contrainte, sauf en cas de pathologie connue, une huile végétale d’amande Douce BIO. Son pouvoir hydratant permettra de prendre soin de la peau de Bébé.
  • En application locale : Veillez à respecter les conditions d’utilisation inscrites sur la boite ou le flacon. Sans ces informations, n’utilisez pas l’huile essentielle.

Risques et limites d’utilisation

Les risques peuvent être importants :

  • Les huiles non diluées peuvent être irritantes pour les muqueuses et entrainer des brûlures voir des intoxications graves en cas d’ingestion.
  • Il peut aussi y avoir des réactions allergiques de type 2 ou photosensibilisantes avec les essences de zestes d’orange ou de citron par exemple.

Limites d’utilisation

Il est à rappeler que l’utilisation des huiles essentielles pour les femmes enceintes et allaitantes est à bannir. Les risques sur la grossesse peuvent être importants. Cependant, là aussi, comme pour les massages pour Bébé, l’utilisation de l’huile végétale d’Amande Douce BIO et son pouvoir hydratant pour lutter contre les vergetures par exemple est conseillé. Excepté bien entendu en cas de pathologie connue.
En cas d’allaitement, les risques liés à d’éventuelles allergies de l’enfant non connues à ce stade sont à prendre en compte.

Ne jamais utiliser les huiles essentielles pures.

Et enfin, pour plus de sécurité, il est préférable de consulter votre médecin ou un pharmacien afin d’obtenir le niveau d’information suffisant avant de pratiquer l’Aromathérapie.

Conclusion

Comme tout traitement ou application dans le cadre de soins, l’Aromathérapie ne déroge pas à la règle de la précaution. Il est impératif d’être suffisamment informé avant d’entreprendre une démarche de soin par l’aromathérapie. Comme toute utilisation de plantes, les risques allergiques sont importants et les risques d’empoisonnement le sont tout autant.

Article sponsorisé

L’assurance d’une bonne rentrée

L’assurance d’une bonne rentrée

L’assurance d’une bonne rentrée

Il est important que votre enfant soit assuré pour lui-même et aussi pour les dégâts qu’il pourrait provoquer autour de lui ou à d’autres enfants.

La fin des vacances est une période toujours difficile pour tout le monde… ou presque. En effet, lorsque votre enfant fait sa première rentrée scolaire, il y a souvent plus d’excitation que d’angoisse, du moins pour votre enfant.
Les parents, eux, angoissent tout le temps de toute façon ;o) !
Cela étant, cette période clé d’entrée en maternelle est bien liée à un rituel de passage, celui de la petite enfance à l’enfance. Bébé n’en sera plus un dès lors qu’il aura franchi pour la première fois les portes de l’école.
Au préalable à la rentrée vous aurez inscrit votre enfant. Quand et comment l’inscrire, à quel âge et qu’est-ce que l’école maternelle. Et vous aurez réalisé les démarches nécessaires à son confort et sa sécurité.

La première rentrée

Bébé et la propreté

Une des premières choses que l’équipe scolaire/AssMat va demander est de savoir si votre enfant est propre.
En effet, difficile de gérer un enfant qui porte encore des couches au milieu de 20 autres enfants en bas âge qui se retrouvent soudainement dans un monde étrange et, ma foi, intéressant en même temps. Si Bébé n’est pas encore propre, pas de panique, cela peut se régler très rapidement avant la rentrée si vous avez pris certaines dispositions au préalable. Car il est préférable de savoir à quel moment doit-on proposer le pot à Bébé.

Bébé, sa sécurité et celle des autres

La deuxième chose demandée sera l’assurance scolaire pour votre enfant. Car oui, au-delà de l’éducation, il est important que votre enfant soit assuré pour lui-même et aussi pour les dégâts qu’il pourrait provoquer autour de lui ou à d’autres enfants. C’est une nécessité pour lui et pour vous et choisir la bonne assurance scolaire pour la rentrée en maternelle n’est pas une mince affaire devant la pluralité de propositions. D’autant qu’aujourd’hui, les assurances s’adaptent de mieux en mieux en fonction de l’âge de votre enfant et vous proposent des services qui évolueront avec lui. Rien ne sert de prendre une assurance qui n’est pas adaptée à l’environnement dans lequel elle est utile.
Peu couteuse, quelques dizaines d’euros par an, elle peut prendre en compte les activités scolaires, extra-scolaires mais aussi protéger votre enfant à la maison.

Bébé et ses habitudes

La troisième chose sera liée directement à votre enfant et à son quotidien. A-t-il un doudou, une tototte… Autant de choses qui pourraient devenir une contrainte pour l’équipe éducative qui devra être informé pour prendre leurs dispositions et être au top pour votre enfant surtout au moment des siestes.
Le doudou et l’école peut être une contrainte importante pour lui, vous et les Assistantes Maternelles. Avant de faire quoique ce soit d’irréparables, soyez informer de l’importance du Doudou, cet objet transitionnel, et de son rôle dans la psychologie de votre enfant.

Vous êtes prêts pour la rentrée en maternelle

La rentrée scolaireLa première rentrée scolaire en maternelle ne sera difficile que si vous n’avez pas pris en compte les pré-requis nécessaires pour votre enfant. Dès lors que les cases sont cochées et les actions réalisées en amont, vous pourrez partir confiant sur la route de l’école pour la première fois en tenant sa petite main. Vous savez, nous savons tous que ce moment est inoubliable. Plus vous serez préparé et plus vous vivrez ce moment avec un maximum d’émotion qui marqueront votre vie de parents pour toujours.
Quant à votre enfant… 2 cas :

  1. Catastrophe, il pleure toutes les larmes de son corps. Se séparer de Maman ou de Papa est un crève-cœur. Il va s’en remettre sans soucis. De toute façon c’est essentiel à son développement et à son éveil.
  2. Pur bonheur, vous lui lâchez à peine la main qu’il est parti direction les jouets, les livres, les copains ou futurs copains et copines. Vous avez l’impression de l’avoir perdu. Versez une larme sur cette émotion, elle est saine pour vous.

Mais ne vous inquiétez pas, vous le reverrez ce soir et votre enfant pourra vous raconter ce qu’il aura vu et fait durant sa première journée, les yeux emplis d’émerveillement.

Comment trouver la bonne personne pour une garde d’enfant à Bordeaux ?

Comment trouver la bonne personne pour une garde d’enfant à Bordeaux ?

Comment trouver la bonne personne pour une garde d'enfant à Bordeaux ?

Avoir une nounou chez soi permet à l’enfant de rester dans son environnement et ainsi de conserver ses habitudes. Mais quand vient le moment de choisir la bonne personne les choses se compliquent.

Avoir une nounou chez soi permet à l’enfant de rester dans son environnement et ainsi de conserver ses habitudes. Mais quand vient le moment de choisir la bonne personne les choses se compliquent. Si vous craignez de vous tromper, suivez nos conseils pour choisir la bonne personne pour une garde d’enfant à Bordeaux !

 

Trouver des candidates pour une garde d’enfant à Bordeaux

 

Avant tout, il faut savoir où vous adresser pour trouver une garde d’enfant à Bordeaux. Si vous n’en connaissez pas dans votre entourage, sachez qu’il existe des sites spécialisés où les nounous déposent leur annonce afin de trouver des enfants à garder. Ils vous permettent d’entrer en relation avec elles pour les rencontrer ensuite et effectuer votre choix.

Il existe également des entreprises notamment de services à la personne qui recrutent la nounou à votre place et se chargent de gérer la partie administrative. Vous avez bien entendu votre mot à dire la concernant, si elle ne vous convient, elles doivent vous présenter une autre candidate.

 

Sélectionner la bonne personne

 

Si vous décidez de recruter vous-même la personne qui va s’occuper de votre enfant en votre absence, vous devrez vous occuper de toutes les démarches vous-mêmes.

Vous aurez à rencontrer plusieurs candidates parmi lesquelles vous devrez choisir. Pour gagner du temps et ne pas multiplier les entretiens inutilement, établissez un premier contact par téléphone afin de faire une présélection de votre nounou pour une garde d’enfant à Bordeaux. Cela vous permet d’éliminer celles qui habitent trop loin, celles dont les horaires ne vous conviennent pas ou encore celles qui demandent un salaire trop élevé par rapport à votre budget.

Ensuite, préparez les entretiens au préalable en établissant les questions que vous souhaitez lui poser comme :

  • Dispose-t-elle de diplôme dans le secteur de la petite enfance ? Connaît-elle les gestes de premiers secours ? Quelles sont ses expériences professionnelles ?
  • Concernant sa conception de l’éducation : Comment réagit-elle en cas de chamaillerie ? Respecte-t-elle le rythme de sommeil de l’enfant ? Comment gère-t-elle les pleurs de bébé ?
  • Des questions concernant l’organisation de la garde d’enfant à Bordeaux : A-t-elle des enfants ? Comment gérera-t-elle si l’un de ses enfants est malade ? Qui s’en occupera ?
  • Des questions d’ordre matériel : A-t-elle le permis de conduire ? Quel est son temps de trajet ? Peut-elle transporter vote enfant ?

Lors de votre rencontre, n’hésitez pas à aborder chacun des points qui vous semblent importants avec elle afin de pouvoir garder celle qui vous répondra pleinement à vos attentes. Discutez ouvertement de ce qu’elle acceptera de faire comme s’occuper de quelques tâches ménagères ou non. Demandez-lui aussi si elle a des références dans la garde d’enfant à Bordeaux. Cela peut vous permettre d’entrer en contact avec ses anciens employeurs.

Par ailleurs, recevez-la en présence de votre enfant, vous verrez ainsi comment elle se comporte avec lui comme cela est recommandé sur ce site. Et faites-vous confiance, vous verrez avec laquelle le feeling passe le mieux avec vous et avec votre enfant !


Shares
Share This

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu avec vos amis !

Shares