Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

Autisme et acide folique -Un facteur aggravant ?

Alors que l'acide folique est conseillé aux femmes enceintes, une étude américaine révèle qu'il augmente par 2 le risque d'avoir un enfant atteint d'autisme.

Cela fait grand bruit outre atlantique !
Alors que les congrès lié à l’autisme battent leur plein, une étude américaine vient jeter un pavé dans la mare.

Depuis des décennies, les recommandations quant à la prise d’acide folique sous forme de vitamines (vitamine B9) vont bon train. L’objectif étant de limiter les risques de malformation du foetus et les formes d’autisme en favorisant la production du matériel génétique, la division cellulaire, la formation des globules rouges, le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire.

Risque d’autisme multiplié par 2, par 3, par 17,6…

Seulement voilà, d’après cette étude, l’acide folique augmenterait le risque d’avoir un enfant autiste par 2 !

L’étude a examiné les données de 1391 mères qui ont accouché au Boston University Medical Center entre 1998 et 2013. Les niveaux de folateProduit dérivé de l'acide folique (sel de l'acide folique), ou vitamine B9, cet élément intervient dans la fabrication de l'ADN, dès qu'une cellule de l'organisme, nécessite un renouvellement rapide (cellules du sang, de l'estomac, des intestins, de la bouche). dans le sang des femmes a été mesuré dans les trois premières semaines suivant l’accouchement.
Les chercheurs ont constaté que si une maman avait des niveaux très élevés de folate après l’accouchement, le risque que son enfant développe une forme d’autisme était doublé. Environ 100 enfants ont été diagnostiqué avec un trouble de l’autisme.

L’excès de vitamine B12 a également été liée à un risque multiplié par 3 de voir l’enfant développer le trouble.
Si les deux niveaux, acide folique et vitamine B12, sont très élevés, le risque pour l’enfant de développer une forme d’autisme est multiplié par 17,6 !!

Pendant ce temps, les mères qui avaient des niveaux sanguins modérés de folate et de la vitamine B liée 12 dans le sang au moment de la naissance avaient un risque moindre d’avoir un enfant autiste.

Alors que certains experts ont appelé à la vigilance considérant l’étude trop préalable et alarmiste, un chercheur canadien a déclaré qu’il réaffirmait les soupçons sur les risques pour la santé des niveaux d’acide folique trop élevés.

“Les études humaines et animales montrent qu’un niveau d’acide folique trop élevé pendant la grossesse peut provoquer des allergies, l’asthme et un risque accru de cancer et de dysfonctionnement cognitif”, a déclaré Young-In Kim, professeur de médecine à l’Université de Toronto et l’hôpital St. Michael – Canada.

Dans une déclaration à CTV Nouvelles, Laurie Mawlam directrice exécutif de Autism Canada dit que l’étude “soulève la préoccupation potentielle que le folate et / ou la vitamine B12 en excès peut augmenter le risque de TSA.”
Elle dit aussi qu’il est primordial d’approfondir les recherche afin de mieux comprendre la relation complexe entre les vitamines et le trouble de l’autisme.

Une étude ne fait pas une généralité

Les chercheurs de Johns Hopkins réfutent cette étude qui visent à décourager les femmes enceintes de prendre de l’acide folique, mais ils demandent aussi que d’autres études soient menées pour déterminer les niveaux de sécurité de la vitamine.

«Nous avons besoin d’approfondir les recherches afin de déterminer si ces niveaux extrêmes sont en effet un facteur de risque pour l’autisme mais aussi pour les comprendre les mécanismes entraînant ces niveaux extrêmes”, a déclaré Fallin. «Est-ce en relation avec la supplémentation ? Est-ce relatif à l’alimentation fortifiée ? Est-ce la constitution génétique des mamans qui rend difficile l’assimilation de la vitamine dans le cadre d’un régime alimentaire ? “

Des recommandations qui ont fait leur preuve

Au début des années 1990, les autorités sanitaires américaines ont recommandé que toutes les femmes susceptibles de procréer de prendre 400 microgrammes d’acide folique par jour. Et à la fin des années 1990, les règlements fédéraux ont exigé que l’acide folique soit ajouté à la farine, au pain et autres produits céréaliers.

Ces mesures sont considérées encore aujourd’hui comme l’une des grandes réussites de santé publique du dernier demi-siècle. Les responsables estiment que 1.000 malformations congénitales sont évités chaque année grâce à cela.

De son coté, le Centre de prévention et de contrôle des maladies (Center for Disease Control and Prevention) dit qu’un quart des femmes en âge de procréer aux Etats-Unis ne reçoivent pas suffisamment d’acide folique.

L’Organisation mondiale de la Santé annonce, quant à elle, que entre 13,5 et 45,3 nanomoles par litre de sang est une quantité suffisante de folate pour une femme dans son premier trimestre de la grossesse. Il n’y a pas de directives bien établies pour les niveaux de vitamine B12 adéquate pendant la grossesse.

De nombreuses études sur l’autisme se concentrent, en grande partie, sur les enfants blancs dans les familles à revenu moyen et élevé. les chercheurs ont noté que l’étude en question a été menée principalement sur des familles à faible revenu et des minorités, .

Les résultats seront présentés vendredi 13 mai 2016 à la Réunion internationale pour la recherche sur l’autisme à Baltimore.

Sources :

Shares
Share This

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu avec vos amis !

Shares