Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

Les carences affectives

Bébé reçoit des soins nettement insuffisants de sa mère sans autre compensation de son entourage, c'est une carence maternelle.

La carence affective se défini en deux points :

  • Bébé reçoit des soins nettement insuffisants de sa mère sans autre compensation de son entourage, c’est une carence maternelle.
  • Les rapports entre Bébé et Maman sont discontinus, distordus ou insuffisants sans forcément qu’il y ai de séparation physique, c’est lacarence larvée.
    La carence larvée peut avoir des conséquences pathologiques aussi graves que celles d’une séparation frustrante caractérisée.

On parle de carence sévère lorsqu’il y a un placement prolongé et frustrant de Bébé dans une institution, des ruptures répétées des liens avec les figures maternelles ou même extrêmement frustrantes avec les parents. La carence maternelle sévère précoce (avant 2 ans) et prolongée est ordinairement génératrice d’inaffectivité.

Séparation

Les réactions de Bébé face à une séparation se regroupent dans 3 phases :

Protestation : Bébé pleure, montre des signes de détresse aiguë, s’agite, cri et met en œuvre tous les moyens limités dont il dispose pour retrouver Maman. Cette phase peut durer quelques heures à plusieurs jours.

Désespoir : Bébé est de plus en plus dérouté, il commence à se renfermer sur lui-même, n’exprime plus aucune demande à son entourage et relâche ses efforts de reconquête de Maman.

Détachement : Bébé semble s’installer dans la séparation, accepte les soins, mange de nouveau normalement et recommence à jouer. Bébé perd alors tout attachement à sa mère.

Après une période de séparation, Bébé présentera très souvent des troubles du sommeil, des refus à s’alimenter, des tics nerveux, un mutisme, un attachement exagéré à sa mère ou un apparent détachement. Il est nécessaire d’être informé de ces réactions afin de mieux prévenir les troubles et assurer une meilleure prise en charge.

Conséquences d’une carence maternelle

Les effets d’une séparation peuvent avoir des répercutions plus ou moins importantes suivant le sujet, la période de séparation, l’existence ou non d’un “substitut maternel” (infirmière, auxiliaires, autres parents).

La carence de soin maternelle retentit différemment sur différents processus :

  • Certains processus intellectuels, et en particulier l’acquisition du langage et la facilité d’abstraction.
  • Certains aspects de la personnalité comme l’aptitude à nouer et entretenir des relations profondes et significatives. Ainsi que l’aptitude à maitriser ses impulsions au profit d’un objectif à long terme.

Dans les processus de séparation, l’hospitalisme décrit par SPITZ en 1945 se traduit par :

  • Un retard du développement psychomoteur plus ou moins réversibles
  • Des troubles du comportement allant de troubles simples de l’humeur à un repliement autistique
  • Une fragilité physique, ces enfants étant plus souvent atteints d’infections banales

L’enfant peut se retrouver en dépression anaclitique suite à une mise en état de frustration après avoir vécu une bonne relation avec sa mère. Les symptômes ressemblent à une dépression d’adulte et son évolution peut être favorable si l’enfant retrouve de bonnes relations dans un délai de 3 à 6 mois. Dans le cas contraire, le pronostic rejoint celui de l’hospitalisme avec en particulier une dégradation intellectuelle.

Le ralentissement progressif du développement général dont s’accompagne une carence prolongée peut être arrêté ou même inversé s’il est mis fin à la situation frustrante au cours des deux premières années de vie, et en particulier dans les 12 premiers mois.
Les enfants élevés en institution sont néanmoins toujours inférieurs aux enfants du même âge en ce qui concerne l’intelligence générale, la mémoire visuelle, la conceptualisation, la fonction verbale et l’adaptation scolaire.

Les facteurs aggravants des dommages causées par une séparation sont :

  • L’âge lors de la séparation : Avant l’âge de 2 ans la séparation entraine plus de séquelles
  • Les conditions de séparation : le décès de la mère avant l’âge de 5 ans entraine des répercussions psychologiques graves. Un placement prolongé dans une institution entraine des complications dans l’implication de relations avec une nouvelle famille ou lors du retour dans le foyer parental.

Préventions

Les effets de la séparation peuvent être atténués par la préparation psychologique de l’enfant qui doit recevoir, par le médecin, des informations claires, simples et adaptées à son développement général sur les raisons de son hospitalisation.

Chez le nourrisson, ces informations sont transmises par la mère, leurs effets sont alors perçus par l’enfant à travers elle.

 

Shares
Share This

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu avec vos amis !

Shares