Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

Origine de l'hyperactivité

D'une part l'origine psychologique, de l'autre, ceux pour qui le dysfonctionnement cérébral est organique

Si les avis divergent quant à ses origines, il est certain que l’hyperactivité est une maladie à part entière (qui n’est pas liée à un retard mental, ni à une tumeur cérébrale).
Deux grandes écoles s’opposent sur les causes de la maladie. Or le traitement entrepris est fonction de la cause admise par le médecin (ou l’établissement) qui prend l’enfant en charge.

Origines

D’une part l’origine psychologique, de l’autre, ceux pour qui le dysfonctionnement cérébral est organique, c’est à dire qu’il vient d’un trouble des neurones (cellules cérébrales). Les chercheurs s’accordent toutefois de plus en plus à penser que la maladie est neuro-biologique (neurones). Les plus récentes études tendent à démontrer le rôle des gènes dans la pathologie, en particulier une association entre déficit génétique, troubles de l’attention et hyperactivité.
Comme dans beaucoup de maladies, la situation est complexe : les études portant sur des jumeaux et des enfants adoptés ne permettent pas d’exclure les facteurs environnementaux.
Les mécanismes de la maladie restent aussi obscurs que ses origines. Cependant les effets des médicaments utilisés dans le traitement de l’hyperactivité mettent en évidence un trouble biochimique quantitatif, comme dans d’autres troubles tels que la dépression. Les neurotransmetteurs (la dopamine, la sérotonine en particulier) échangés par les neurones sont perturbés dans la maladie.

Selon les estimations, entre 3 et 5% des enfants d’âge scolaire sont hyperactifs, soit 150 000 à 300 000 enfants. Par ailleurs, le nombre de cas diagnostiqués est en augmentation. Preuve, peut être, d’un meilleur dépistage de la maladie.
L’hyperactivité semble une pathologie essentiellement masculine. Le sexe ratio varie de 4 à 1 ou de 9 à 1 en faveur des garçons en fonction des études. Mais cette disproportion s’expliquerait en partie parce que l’hyperactivité féminine est moins perturbatrice à l’école. Or les enseignants sont souvent les premiers à s’inquiéter du comportement des enfants hyperactifs et à alerter les parents. Dès lors, les garçons seraient plus facilement repérés.

 

Shares
Share This

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu avec vos amis !

Shares