Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

L'asthme du nourrisson

Souvent ignoré ou mal diagnostiqué, l'asthme du nourrisson entraîne, dans 30% des cas, un asthme à l'âge adulte.

%

20% des nourrissons entre 0 et 36 mois seraient ou auraient été atteint d’asthme.
Cela semble énorme comme pourcentage et pourtant celui-ci est encore en évolution.

L’asthme est avant tout une maladie chronique. Elle est d’ailleurs la plus fréquente chez les jeunes enfants.
Mais comment détecter si son enfant fait de l’asthme ou non ?
Là, réside toute la difficulté du diagnostic. A partir du moment où un enfant présente des épisodes répétés de sifflements respiratoires, il peut être défini comme asthmatique.
Et ce quelque soit les causes de ces sifflements ou même le nombre de fois où ils surviennent.
La prévalence va vers les garçons qui sont deux fois plus atteints que les filles.

Les signes évocateurs de l’asthme

Les signes évocateurs sont principalement les sifflements respiratoires. Qu’ils se présentent au repos ou après l’effort. L’enfant ressent une gêne respiratoire.
Si l’enfant a des toux sèches, surtout la nuit, sans autre raison apparente.
A fortiori si l’enfant a déjà présenté des épisodes répétés de toux avec existence ou non d’atopiePrédisposition génétique au développement cumulé d'allergies courantes dites atopiques.

Les causes

Des études ont prouvé que des infections virales ne prédisposaient pas forcément plus à l’asthme du nourrisson.

Le Professeur Odièvre (Ancien chef du service de pédiatrie à l’hôpital Béclère) explique : « Les frontières entre bronchiolite du nourrisson et asthme ne sont pas faciles à délimiter. La difficultés réside dans le fait que ces deux affections avant l’âge de 2 ans ont en commun une symptomatologie de sifflements respiratoires… Une étude rétrospective menée par une équipe hollandaise à partir de 6 séries publiées entre 1978 et 1998… …montre que la bronchiolite à virus syncytial respiratoire du nourrisson ne prédispose pas à l’asthme à moyen et long terme » (source : Magicmaman.com)

Mais le principal facteur reste environnemental : pollution, tabagisme passif, poussière, poils d’animaux et bien entendu les pollens. Sur ce dernier point, il faut d’ailleurs être très vigilant sur les alertes pollens qui surviennent principalement durant la période du printemps mais qui peuvent, en fonction de l’endroit d’habitation, s’étaler sur une période beaucoup plus longue.

Certains signes ont statistiquement révélé des prédisposition à l’asthme. Les nourrissons sujets à des RGO (Reflux Gastro Œsophagien) développent plus fréquemment l’asthme du nourrisson.

Conséquences

Environ 30% des cas avérés d’asthme du nourrisson entraînent un asthme durable à l’âge adulte.
Il faut donc être très vigilant sur les signes annonciateurs afin de pouvoir traiter dès que l’asthme est détecté.

Les traitements

En fonction de l’évolution de l’asthme, les traitements seront différents. Des traitements de crises peuvent être définis pour gérer le quotidien ou alors des traitements de fond seront mis en place pour tenter de limiter l’évolution.
Pour les nourrissons, les inhalateurs sont conçus pour délivrée une dose par un aérosol en 5 à 10 respirations calmes. D’autres alternatives peuvent être évalués comme la nébulisationFaire inhaler à un enfant des médicaments en suspension dans un gaz.

Prévention

Ventilez son habitation quotidiennement limite l’impact des facteurs environnementaux. Favorisez une aération en dehors des périodes de forte activité de pollution pour les personnes habitants dans une grande agglomération et de forte activité pollinique et préférez les conditions météorologiques venteuses pour aérer plutôt que les conditions anticycloniquesStagnation de la pollution ou des poussières.

Conclusion

Il existe pléthore de faux asthmes qui sont en fait des maladies liés à la respiration mais qui n’ont pas pour autant de lien direct avec l’asthme. La bronchiolite en fait partie mais d’autres aussi comme la maladie ciliaireLa dyskinésie ciliaire primitive (DCP) est une maladie respiratoire rare caractérisée par une bronchorrhée chronique avec bronchectasies et une sinusite chronique. La DCP est la deuxième plus fréquente affection congénitale des voies respiratoires après la mucoviscidose, les troubles de la déglutition, les poumons éosoniphilesLes granulocytes ou polynucléaires éosinophiles sont des cellules sanguines qui jouent un rôle dans le système immunitaire ou encore la collagénose.

Quoiqu’il en soit, l’asthme du nourrisson est souvent pris à la légère et diagnostiqué trop tardivement. Dès l’apparition de symptômes respiratoires chez Bébé, il faut consulter son pédiatre.

 

Photo credit: Sellers Patton via Visual Hunt / CC BY

Cet article vous a t-il été utile ?
Votre vote
[Nbre de votes : 0 Moyenne : 0]
Shares
Share This