Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages
Filter by Categories
1 an
10ème mois
11ème mois
1er mois
2ème mois
3ème mois
4ème mois
5ème mois
6ème mois
7ème mois
8ème mois
9ème mois
Actualités
Bébé en vacances
Bébé et le climat
Bébé et ses parents
Bébé et son alimentation
Bébé et son corps
Bébé et son poids
Bébé mois par mois
Comprendre Bébé !
Dernières informations
Entre 1 et 3 ans
Informations médicales
Infos utiles
Jeux et musique
L'hyperactivité
L'objet transitionnel
La naissance
La psychologie de Bébé
La santé de Bébé
Le comportement de Bébé
Le sommeil de Bébé
Les accidents domestiques
Les infos utiles
Les loisirs et Bébé
Les maladies infantiles
Les maladies rares
Les news
Les petits maux de Bébé
Les services publiques
Les situations difficiles
Les types de biberons et tétines
Les vaccins
Produits au rappel
Surveillez le poids de Bébé
Syndrome des Bébés secoués

Maladies rares
Syndrome d'Angelman

Le syndrome d'Angelman est d'origine génétique et est caractérisé par un retard mental et des troubles spécifiques du comportement.

Le syndrome d’Angelman, décrit par le Dr Harry Angelman en 1965 est un syndrome d’origine génétique caractérisé par un retard mental et des troubles spécifiques du comportement.
Ces patients présentent des mouvements inhabituels et désordonnés pouvant inclure de légers tremblements et des accès de rire paroxystique.

Le diagnostic repose sur sur la mise en évidence d’une anomalie du chromosome 15.

Il n’existe pas de traitement curatif mais la prise en charge de ces enfants en psychomotricité, orthophonie ou autres actions éducatives peut les aider considérablement.
Sa prévalence est estimée à environ un cas pour 20 000 naissances et 220 personnes touchées ont été recensées.

Manifestations cliniques

Le syndrome d’Angelman a fait l’objet de nombreux travaux cliniques qui ont permis d’établir des critères de diagnostic clinique.

Les symptômes retrouvés sont les suivants:

Signes constants (100 % des cas) :

  • Une hyperactivité
  • Un retard de développement moteur
  • Une déficience mentale d’intensité variable
  • Une quasi-absence de langage
  • Une ataxie avec démarche raide et saccadée
  • Des traits comportementaux particuliers: des sourires et rires très faciles avec épisodes d’hyperexcitabilité se traduisant par un battement des avant- bras, une capacité d’attention faible.

Signes fréquents ( plus de 80 % des cas) :

  • Une épilepsie débutant en général avant 3 ans
  • Des anomalies de l’E.E.G.
  • Des troubles du sommeil
  • Une attirance pour l’eau et la musique.

Signes associés (dans 20 à 80% des cas) :

  • Une dysmorphie cranio-faciale (bouche large avec dents supérieures écartées et lèvre supérieure fine, protusion de la langue)
  • Une dysmorphie cranio-faciale (bouche large avec dents supérieures écartées et lèvre supérieure fine, protusion de la langue)
  • Hyper-sialorrhée, strabisme, scoliose, hypo-pigmentation occulocutanée plus évidente dans l’enfance.

Diagnostic

Le diagnostic repose sur la clinique: il peut être difficile, surtout les premières années surtout. Il est habituellement fait entre 3 et 7 ans lorsque le comportement et les symptômes cliniques caractéristiques deviennent évidents.
Le dénominateur commun des différentes anomalies du syndrome d’Angelman est l’absence de contribution des gènes de la région 15q11-q12 d’origine maternelle.

Différents types d’anomalies peuvent être observées:

  • Microdélétion 15q11-q12 d’origine maternelle (70% des cas)
  • Une disomie uniparentale paternelle. Les deux chromosomes 15 présents proviennent du père (5% des cas)
  • Une anomalie de l’empreinte qui se traduit par un défaut isolé de la méthylation (5 à10 % des cas)

Il reste encore un certain nombre de patients pour lesquels aucune anomalie n’est décelable.

Transmission

Un conseil génétique et un diagnostic prénatal peuvent être fait en fonction du type de l’anomalie retrouvée chez l’enfant.
La majorité des familles sont associées à un faible risque de récurrence.

Dans une minorité de familles où plus d’un enfant est atteint, la délétion n’est pratiquement jamais retrouvée: le mode de transmission est autosomique dominant avec empreinte.

Lorsqu’aucune anomalie moléculaire n’a pu être décelée, le conseil génétique doit toujours être prudent.

Pour informations : Syndrome d’Angelman : Association Française du Syndrome d’Angelman (AFSA)

 

Shares
Share This

Partagez ce contenu

Partagez ce contenu avec vos amis !

Shares